Issue
Revue Internationale de Psychosociologie et de Gestion des Comportements Organisationnels (RIPCO)
Login  
Ann Langley prononcera un discours sur les pistes conceptuelles et méthodologiques pour la recherche en temps de rupture lors de la 3e JR RIPCO Pour en savoir plus SOUMETTRE
   
   
 
Volume XXVII • Numéro 69 • 2021 (Already published)
 
Numéro régulier (varia)
 
L’acceptabilité sociale: une question de démocratie participative ?
 
Face à la contestation grandissante que suscitent aux niveaux local, national et parfois international, les projets et les décisions privés comme publics, il devient difficile de réduire l’acceptabilité sociale à la gestion judicieuse d’un projet ou à l’implantation d’une politique au moment de sa promotion ou de son lancement. L’acceptabilité sociale traduit plutôt le jugement des populations à propos de ces projets et politiques, à l’issue d’un processus dynamique de construction sociale dans lequel sont formulées des solutions de remplacement à une situation donnée. Pour construire l’acceptabilité sociale, les entrepreneurs et les décideurs publics doivent donc prendre acte de la manière dont le progrès est envisagé par les acteurs sociétaux et ne peuvent plus se contenter pour ce faire de mobiliser le processus traditionnel de démocratie représentative. En ce sens, plusieurs espèrent canaliser cette dynamique en recourant à des instances de dialogue sociétal. Mais ces instances participatives de démocratie intermédiaire ne peuvent alors plus jouer le rôle pacificateur qu’on leur prête, car elles demeurent des lieux de débats où s’affrontent des visions du monde qui devront, ultimement, faire l’objet d’arbitrages. Les contributions de ce numéro spécial apportent un nouvel éclairage sur le potentiel et les défis de ces instances participatives à construire des compromis capables d’influer sur les trajectoires de l’acceptabilité sociale.
 
Contenu du volume
 
Titre :  L’acceptabilité sociale, une question de démocratie participative ?
Auteur(s) :  Alice FRISER, Stéphanie YATES
Résumé :  La construction de l’acceptabilité sociale, conçue comme le jugement collectif des populations à l’endroit d’une politique ou d’un projet donné, s’appuie parfois sur la participation des acteurs sociaux concernés aux discussions éclairant la prise de décision publique. Les instances de démocratie intermédiaires où sont déployés divers dispositifs participatifs jouent ainsi un rôle de premier plan quant à l’émergence de l’acceptabilité. Or, la question des effets des processus participatifs sur les dynamiques d’acceptabilité sociale demeure aujourd’hui peu étudiée, que ce soit par les travaux sur l’acceptabilité sociale ou ceux portant sur la participation publique. À partir de projets soulevant des préoccupations de nature environnementale, ce numéro spécial puise à l’intersection de ces deux champs théoriques en vue d’analyser l’impact des dispositifs de démocratie participative sur la prise de décision et la construction de l’accessibilité sociale. Les contributions permettent ainsi de réfléchir à la façon dont les instances de démocratie intermédiaires contribuent ou non à l’acceptabilité sociale. De manière plus spécifique, elles explorent l’institutionnalisation du concept comme nouvelle norme de gestion publique, les effets des processus participatifs déployés dans ces instances sur l’acceptabilité d’un projet donné, de même que les effets sur les décisions finales. En somme, la réflexion proposée dans ce numéro permet de voir dans quelle mesure les dispositifs participatifs offrent les conditions d’un débat constructif permettant de mieux canaliser les conflits sociétaux que suscitent certains projets industriels ou politiques publiques, en vue de construire des compromis qui se projettent dans une vision d’avenir du développement.
Mots clés:  acceptabilité sociale, démocratie participative, participation publique, controverses environnementales, prise de décision publique
Pages :  5 - 16
DOI :  https://doi.org/10.3917/rips1.069.0005
Type :  Editorial
URL Cairn:  https://www.cairn.info/revue-internationale-de-psychosociologie-de-gestion-des-comportements-organisationnels-2021-69-page-5.htm
 
 
Titre :  L’acceptabilité sociale au Québec : nouvel instrument normatif d’action publique
Auteur(s) :  Louis SIMARD
Résumé :  Au cœur des débats et controverses concernant les politiques publiques environnementales et les grands projets d’infrastructure et d’aménagement, l’acceptabilité sociale (AS) s’est institutionnalisée au Québec au fil des ans, en lien direct avec les notions de participation publique et de développement durable. Condition de plus en plus nécessaire à l’action publique, l’AS peut être comprise comme un nouvel instrument de type normatif afin d’articuler démocratie participative et démocratie représentative et ayant de fortes implications tant en termes de justice procédurale que distributive. Dans cet article, nous souhaitons répondre à quatre questions afin de mieux comprendre et analyser l’AS pour l’action publique : 1) comment définir l’AS et l’aborder de manière théorique? Il est proposé de conceptualiser la notion à la manière de travaux sur les instruments d’action publique; 2) quelle trajectoire a-t-elle connu au fil du temps? Nous y répondons à travers l’analyse du corpus des rapports du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE); 3) qu’en disent les acteurs ? Nous rendons compte des similitudes et des différences des témoignages des professionnels de la participation publique (PPP) et; 4) quelle est la portée de cette nouvelle norme sur les projets et les décisions? De premiers constats sont proposés sur la base de trois études de cas importants et récents. Ces quatre réponses permettent, sous différents angles, d’apporter un éclairage nouveau et porteur à partir de l’expérience québécoise en matière d’AS.
Mots clés:  acceptabilité sociale, instruments d’action publique, norme, grands projets, participation publique, Québec
Pages :  17 - 44
DOI :  https://doi.org/10.3917/rips1.069.0017
Type :  Research paper
URL Cairn:  https://www.cairn.info/revue-internationale-de-psychosociologie-de-gestion-des-comportements-organisationnels-2021-69-page-17.htm
 
 
Titre :  L’épreuve d’acceptabilité sociale, ou la composition disputée du collectif
Auteur(s) :  Rémi BARBIER
Résumé :  Parfois contestée, faiblement théorisée, la notion d’acceptabilité sociale tend néanmoins à s’imposer dans divers secteurs d’activité. Face à ce constat, cet article fait le pari qu’il peut être pertinent de la conserver et de l’utiliser comme « mot de passe » permettant de communiquer avec de nombreux utilisateurs. Mais cette concession est redoublée d’une ambition de consolidation théorique de la notion. L’article prend appui pour ce faire sur l’analyse des conflits spatialisés autour des équipements d’environnement. Il procède à partir du cadre d’analyse de B. Latour sur la composition du collectif au travers d’une succession d’épreuves. Il introduit ainsi la notion d’épreuve d’acceptabilité en tant que régulation civique d’un projet technique, complétant la régulation d’État. Il complète enfin l’usage de cette notion par une perspective opérationnelle, en proposant quelques pistes permettant à un éventuel tiers arbitre de piloter cette épreuve.
Mots clés:  conflit, controverse, pragmatisme, collectif, acceptabilité sociale
Pages :  45 - 61
DOI :  https://doi.org/10.3917/rips1.069.0045
Type :  Research paper
URL Cairn:  https://www.cairn.info/revue-internationale-de-psychosociologie-de-gestion-des-comportements-organisationnels-2021-69-page-45.htm
 
 
Titre :  La réception sociale de la gestion du risque littoral : un éclairage au prisme de la simulation participative
Auteur(s) :  Marion AMALRIC, Nicolas BECU
Résumé :  En proposant des modes alternatifs de gestion du risque littoral, les pouvoirs publics français font face aux réticences des collectivités locales. La réception sociale de la gestion du risque se pose d’autant plus que la perspective des effets du changement climatique rend le besoin de définir de manière de plus en plus prégnante, des stratégies optimisées et à long terme. En se basant sur une expérience de simulation participative, nous montrons comment se constitue le processus de réception sociale d’une politique de gestion du risque, en présentant une étude de cas à Oléron, pendant laquelle les participants à des ateliers expérimentent des modes de gestion alternatifs du risque de submersion. L’article montre que la mise en place d’un dispositif participatif permet de qualifier la réception sociale d’une politique publique de gestion du risque, du point de vue des connaissances sur les risques, des échelles de gestion des risques littoraux et de la sensibilité aux effets du changement climatique. Le dispositif s’avère une manière pour les participants des ateliers de s’emparer des arènes de débat que constituent les ateliers : la discussion montre qu’il s’agit d’une forme de « débordement » du dispositif scientifique, au service de l’appropriation de la politique publique.
Mots clés:  risque, réception sociale, simulation participative, changement climatique, littoral
Pages :  63 - 89
DOI :  https://doi.org/10.3917/rips1.069.0063
Type :  Research paper
URL Cairn:  https://www.cairn.info/revue-internationale-de-psychosociologie-de-gestion-des-comportements-organisationnels-2021-69-page-63.htm
 
 
Titre :  La croissance bleue à l’épreuve des contestations citoyennes : analyse des processus de démocratie participative à partir de quatre cas d’étude bretons (France)
Auteur(s) :  Charlène KERMAGORET, Katia FRANGOUDES
Résumé :  La stratégie européenne de développement économique appelée croissance bleue est axée sur le potentiel inexploité des océans, des mers et du littoral. La mise à l’agenda politique de la croissance bleue se concrétise par le développement de différents secteurs économiques parmi lesquels les énergies marines renouvelables et l’aquaculture. En France, le développement de ces deux secteurs peine à se concrétiser, lié en partie aux mouvements de résistance et d’oppositions générés à l’échelle des territoires dans lesquels les projets de croissance bleue sont planifiés. Ces mouvements mettent directement en cause la légitimité de l'État à définir ce qu'est l'intérêt général et cherchent à faire valoir les intérêts territoriaux. L’implication des citoyens dans la phase de mise en place des projets, décrit sous le terme de démocratie participative, est aujourd’hui largement encouragée, voire imposée, pour prévenir et désamorcer les conflits d’intérêts. Cet article cherche à montrer comment des processus de démocratie participative aux structures différentes, catalysent et font émerger des contestations communes. Pour cela, il se base sur une description et une analyse des instances de démocratie participative réalisée à l’échelle d’un projet de parc éolien en mer (à travers le débat public) et de trois projets de développement aquacole (à travers l’enquête publique), tous situés sur le littoral breton. Notre analyse met en évidence une remise en cause, par certains citoyens, de la démocratie participative telle que déployée sur le terrain. Au-delà de ce résultat, les spécificités liées au territoire breton sont discutées.
Mots clés:  démocratie participative, acceptabilité sociale, énergies marines renouvelables, aquaculture, croissance bleue
Pages :  91 - 111
DOI :  https://doi.org/10.3917/rips1.069.0091
Type :  Research paper
URL Cairn:  https://www.cairn.info/revue-internationale-de-psychosociologie-de-gestion-des-comportements-organisationnels-2021-69-page-91.htm
 
 
Titre :  Participation publique et gestion des ressources naturelles : quel potentiel d’influence pour les participants?
Auteur(s) :  Élizabeth DURAND, Charles DUPREZ, Stéphanie YATES
Résumé :  Dans le secteur de l’énergie et des ressources naturelles, au Canada et au Québec, plusieurs instances ont mis en place des mécanismes participatifs visant à mieux intégrer les préoccupations des citoyens dans la planification de leurs projets. À cette fin, les ministères ont développé un corpus d’écrits structurant leurs démarches et leurs rapports avec les participants. Cet article a comme objectif d’étudier comment le potentiel d’influence accordé aux participants sur le processus décisionnel est retranscrit dans cette documentation. Pour ce faire, nous avons retenu la documentation de quatre ministères canadiens (2) et québécois (2) homologues. À partir de ces documents, nous avons réalisé une analyse qualitative de contenu guidé par six principes phares dégagés de la littérature et témoignant de l’influence accordée aux participants. Bien que les démarches participatives ouvrent le processus décisionnel au grand public, elles relèvent davantage de la participation symbolique. Une plus grande transparence et ouverture de la démarche par le biais d’une reddition de compte systématique, une définition plus claire du rôle de l’expert et l’instauration d’une culture d’évaluation de la démarche participative pourrait aider à bâtir une participation plus authentique. Le petit échantillon de cette étude ainsi que le choix de retenir six critères empêchent la généralisation de ce constat. Cependant, la présente étude permet de mieux comprendre comment les instances publiques de ce secteur d’activité conçoivent le potentiel d’influence des participants. Il serait pertinent pour de futures recherches de voir comment ces processus sont réellement mis en place et comment les participants les perçoivent.
Mots clés:  participation publique, acceptabilité sociale, démocratie participative, énergie et ressources naturelles, démocratie environnementale
Pages :  113 - 135
DOI :  https://doi.org/10.3917/rips1.069.0113
Type :  Research paper
URL Cairn:  https://www.cairn.info/revue-internationale-de-psychosociologie-de-gestion-des-comportements-organisationnels-2021-69-page-113.htm
 
 
 
 
| Recherche simple | Recherche avancée |
Tous les numéros
 
  Numéro 70 (2021)
  Numéro 69 (2021)
  Numéro 68 (2021)
  Numéro 67 (2020)
  Numéro 66 (2020)
  Numéro 65 (2020)
  Numéro 64 (2020)
  Numéro 63 (2019)
  Numéro 62 (2019)
  Numéro 61 (2019)
  Numéro 60 (2019)
  Numéro 59 (2018)
  Numéro 58 (2018)
  Numéro 57 (2018)
  Numéro 56S (2017)
  Numéro 56 (2017)
  Numéro 55 (2017)
  Numéro 54S (2016)
  Numéro 54 (2016)
  Numéro 53 (2016)
  Numéro 52S (2015)
  Numéro 52 (2015)
  Numéro 51 (2015)
  Numéro 50 (2014)
  Numéro 49 (2014)
  Numéro 48S (2013)
  Numéro 48 (2013)
  Numéro 47 (2013)
  Numéro 46 (2012)
  Numéro 45 (2012)
  Numéro 44 (2012)
  Numéro 43 (2011)
  Numéro 42 (2011)
  Numéro 41 (2011)
  Numéro 40 (2010)
  Numéro 39 (2010)
  Numéro 38 (2010)
  Numéro 37 (2009)
  Numéro 36 (2009)
  Numéro 35 (2009)
  Numéro 34 (2008)
  Numéro 33 (2008)
  Numéro 32 (2008)
  Numéro 31 (2007)
  Numéro 30 (2007)
  Numéro 29 (2007)
  Numéro 28 (2006)
  Numéro 27 (2006)
  Numéro 26 (2006)
  Numéro 25 (2005)
  Numéro 24 (2005)
  Numéro 23 (2004)
  Numéro 22 (2004)
  Numéro 21 (2003)
  Numéro 20 (2003)
  Numéro 19 (2002)
  Numéro 18 (2002)
  Numéro 16-17 (2001)
  Numéro 15 (2000)
  Numéro 14 (2000)
  Numéro 13 (1999)
  Numéro 12 (1999)
  Numéro 10-11 (1998)
  Numéro 09 (1998)
  Numéro 08 (1997)
  Numéro 06-07 (1997)
  Numéro 05 (1996)
  Numéro 04 (1996)
  Numéro 03 (1995)
  Numéro 02 (1995)
  Numéro 01 (1994)
 
 
 
   
 
Lecteurs   Rédacteurs invités   Auteurs   Relecteurs   Liens utiles  
 

Archives
Les plus cités
Les plus récents
Vient de paraître
A paraitre bientôt
Numéros en cours
Abonnement/Achat

 

Rédacteurs invités précédents
Conditions d'éligibilité
Guides de présentation
Procédure de soumission
Procédure d'évaluation
Archives
Déontologie

 

Soumettre un manuscrit
Instructions aux auteurs
Appels à contributions
Chercher un article
Droits et permissions
Auteurs les plus cités
Auteurs les plus productifs

 

Accéder aux manuscrits
Déontologie
Téléchargements

 

Editions ESKA
• FNEGE

AGRH
CAIRN
CAIRN Int Résumés
CAIRN Int Full-Texts
ProQuest
Google Scholar

 
  Editeur : Editions ESKA, 12 rue du quatre Septembre, 75002 Paris www.eska.fr •  Directeur de la publication : Serge Kebabtchieff, email: Serge.kebabtchieff@eska.fr, tél. : +33142865566 •  Rédacteur en Chef : Silvester IVANAJ, ICN Business School – Campus Artem, 86 rue du Sergent Blandan, CS 70148, 54003 Nancy Cedex, email : silvester.ivanaj@icn-artem.com, tél. : +33354502552 / +336 1123 8037  • Coordinatrices éditoriales : Séverine Koehl, email : severine.koehl@icn-artem.com, tél. : +33354502509 - Gabriela Torres-Ramos, email : gabriela.torres-ramos@icn-artem.com • Secrétaire de Rédaction : Nathalie Tomachevsky  •  Marketing et Communication : Audrey Bisserier, email : agpaedit@eska.fr • Responsable de la Fabrication : Marise Urbano, email : agpaedit@eska.fr, tél. : +33142865565 • Périodicité : 3 numéros par an • ISSN : 2262-8401 / e-ISSN : 2430-3275 •  Le Copyright est la propriété des Editions ESKA  
  © 2019 • Editions ESKA  • Tous droits réservés